Expulsion des Congolais de la MEC (Maison des Étudiants Congolais )

 

Abbé Fulbert Youlou

Fulbert Youlou

De lui on a tout dit sauf qu’en trois de reigne et avec
un budget minable, il a construit, pour le peuple.

PARIS: à partir du 30 août 1983, le Sécretaire General de la Préfecture de Police de Paris, avait fait procéder à l’EXPULSION ou à l’évacuation des Congolais ( « squatters ») occupant l’immeuble situé au 20 de la Rue Beranger à Paris, propriété de l’ETAT Congolais depuis le régime de l’abbé FULBERT YOULOU en 1960 , précisement .

Il s’agit d’une centaine de Congolais et d’autres occupants de leurs chefs, dépourvus pour la majorité de titre de séjour . Cette mesure diligente, a été ordonnée par une ordonnance en REFERE datant du 27 juillet 1983 par le Vice Président du Tribunal de Grande Instance de Paris, sur requête introductive d’instance du gouvernement du CONGO via son ambassade à Paris .

Le recours de la force publique a été requis le 26 aôut 1983 par l’huissier instrumentaire , précise le Sécretaire General de la Préfecture de Police de Paris. Cette évacuation a surtout été précipitée, nonobstant l’ordonnance sus citée, par la venue en FRANCE au mois de septembre 1983, des autorités de la République du CONGO.

En relation avec cette évacuation des Congolais, un article du journal ETUMBA du 26 juillet 1983 et portant le titre: «  le SCANDAL DE LA MEC« , précisait entre autres:  » acquis par le CONGO en 1972 (1), l’immeuble géré par l’ambassade du CONGO pendant un moment, a été confisqué par l’AEC (2), mouvement d’opposition au parti et à l’ETAT, qui a pris son contrôle et sa représentation; ce qui a conduit l’ambassade du CONGO, a suspendre la gestion et le paiement des charges.
L’immeuble était devenu inhabitable et, abandonné par les vrais étudiants, au profit des migrants en situation irrégulière et par la suite, la MEC était devenue le haut lieu de la petite délinquance . Cette situation avait conduit les dépositaires de l’autorité publique de la préfecture de Paris, d’effectuer une descente en date du 11 mars 1983, descente se soldant par la saisine d’une importante quantité de drogue , suivie d’une interpellation d’une centaine d’occupants .

Par sa réaction, le Gouvernement du CONGO a montré l’importance qu’il accorde à cet immeuble de la Rue Beranger du 13éme arrondissement de Paris et, une telle attitude est inspirée par une double préoccupation: SAUVEGARDER la respectabilité du CONGO dans la capitale FRANCAISE et, LUTTER contre l’influence de l’AEC » .

  • (1) l’acquisition de la MEC a été faite sous le régime de l’abbé FULBERT YOULOU et, non en 1972 comme l’a écrit le journal ETUMBA.
  • (2) AEC: association des étudiants Congolais en FRANCE

Auteur: Louis Aimé MPASSI ADDCF (Association de Défense des Droits des Congolais en FRANCE)
Source: DAM ( Direction des Affaires Africaines et Malgaches du Ministère des Affaires Étrangères en FRANCE) ref num :219

Partager: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Commentaires

  1. nkounkou a écrit :

    parfois la France nous déçois , par la suite en comprend très bien que, les français ne sont pas humain!
    parce que nos ancêtres ont combattu pour la liberté de leur pays envahi par la force allemande , aujourd’hui la diaspora congolaise ne devrait plus même parler du visa en France.

    TATA NKOUNKOU DIA KONGO

Exprimez-vous !

*

Hommage à JacquesLoubelo